Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de leonide
  • : Un blog concernant mon activité de reconstitution : le costume médiéval, l'artisanat textile et le parentage au moyen-age
  • Contact

Archives

20 janvier 2008 7 20 /01 /janvier /2008 15:28

Un petit interlude pour vous raconter cette belle et merveilleuse histoire qui est la notre, une histoire pleine de romance, de joie et puis surtout remplie d'un Amour tendre.

Tout a commencé environ en Septembre 2005, lorsque je me suis inscrit sur un jeu interactif et médiéval, un jeu de gestion de personnage dans un cadre médiéval, un jeu simple et sans grand intêret particulier, si ce n'est le forum, ce jeu se nomait "Les Royaumes Renaissants".

                                          RR.JPG


Lieu conviviale et drôle, espace d'histoire completement inventées, délirantes et plus saugrenues les unes que les autres. Bref, c'est la que nos personnages prennaient vie dans notre imaginaire.

Mon personnage, Baribal, au fil du temps tomba amoureux d'un personnage nommé Léonide vertegemme, personnage étrange, empli de magie, ouvrant des portes sur un monde parallèle où elle devient un joli petit gnome, aux oreilles longues, vertes et pointue.

Nos personnages communiquaient souvent ensemble, s'appréciaient, s'aimaient même très fort, tellement qu'ils se marièrent virtuellement, au cour d'une merveilleuse cérémonie et d'un magnifique banquet.
Et ensuite arriva le jour où on décida de se rencontrer pour de vrai, laisser la fiction, un instant, de coté, en un lieu chargé d'histoire, en un lieu agréable et détendant, une ville de champagne, devant un sourire célèbre, devant un ange ... Sur le parvit de la cathédrale de Reims. C'était le vendredi 17 mars 2006 exactement.


3061_1-cathedrale-reims.jpg             56256124_P2185835_small.jpg

 

 

 

 

 

 

 

A suivre ...

 

Partager cet article

Repost 0
Published by leonide
commenter cet article

commentaires

Myddrin 12/02/2008 18:30

Oyé, Oyé, toi qui vas là ! Viens donc par ici, tenir la causette avec le barde. Ô toi qui louche vers moi au dessus de ta choppe, écoutes donc. Il n'est pas latin de dire amoureux, mais il est flamant de l'être.
De pars les monts et les vaux, j'ai trimbalé mes chèvres. Mais jamais plus haut que Ghent. Charmante bourgade, où toute haie et tout arbre à son histoire. Il y est un éleveur, qui a grandit dans le verger. Et qui ne sera pas le dernier.

Depuis que sa mère le mis bas, il y a vécus, là bas, et il croyait pouvoir nommer chaque bosqué de la campagne. Mais un jour est arrivé une boule verte de gaieté. Pleine de joie et de chants, elle inondait la taverne ; et toujours avec de nouveau rameaux décorait ses fenêtres.

Et oui, mes chers, les fées vont et viennent de pars le monde. Jamais où on ne les attends, mais toujours où il faut. Et celle-ci, comble de la Nature, ce perdait souvent. Elle ne mis pas longtemps à tout retourner? Mes chèvres ne voulaient plus partir et ce pauvre Barribal dont j'ai parlé, était souvent à ses côtés.

On dit qu'ils voyageaient, le soir tard, dans les rêves, au milieu des contes druidiques, ils endormaient la lune pour retarder l'arrivée du lendemain.

Je ne peux raconter ici ces histoires. De peur de vider mon Arverne de tous les hommes en quête d'aventure. Car ils partiraient avant la fin du chant, retrouver la fée Léonide. Et comme elle ne voyage plus guère, ses histoires deviennent de plus en plus profondes. Et au côté de son éleveur continue de rêver, et de faire un rêveur.