Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de leonide
  • : Un blog concernant mon activité de reconstitution : le costume médiéval, l'artisanat textile et le parentage au moyen-age
  • Contact

Archives

/ / /
Choix des étoffes

1-donateurs-marchand-fourrures-1.jpgNous voici en visite chez les marchands de draps et de fourrure de la ville de Chartres... donateurs d'un vitrail dédié à Saint-Jacques le Majeur que vous pouvez découvrir ici : http://cathedrale.chartres.free.fr/vit23.htm
Que choisir chez eux pour composer votre costume ? 

Pour tous les vêtements de dessous, chemises, braies, cale... et pour les doublures : du lin, du métis (mélange de coton et de lin par exemple) et du coton qui commence alors à arriver du Moyen Orient. Ces toiles étaient utilisées avec leur couleur d'origine : écru ou greige, et recherchées lorsqu'elles avaient été blanchies sur prés, elles étaient alors d'un blanc éclatant... visez la pièce de toile blanche repliée sur le coffre, si elle est bien fine elle pourrait convenir à une chemise de noce !

Ces tissus n'étaient pas généralement pas teints, parce que difficile à teindre à l'époque, les teintures prennaient et tenaient mal, ce que n'appréciaient pas les gens qui recherchaient les couleurs les plus vives et éclatantes possibles ! 

boursereliquairelincoton.jpg voici une bourse reliquaire du XIIIème siècle de la cathédrale Saint Paul à Liège en métis de lin et coton, avec un tissage sergé, damassé comme les serviettes de nos grands-mères (les petits chevrons) et du lin fait main :

lin-fait-main.jpg

Le chanvre était utilisé aussi, ainsi que des tissus faits à partir de fibres d'ortie... mais ils sont difficiles à trouver aujourd'hui (la ramie se rapproche toutefois de l'ortie, et on trouve en France des tissus faits à partir de cette plante) et coûtent assez cher, alors qu'à l'époque ils auraient plutôt convenu pour des personnes de faible extraction : paysans, bergers...

Voici une autre boutique vendant du lin (elle est plus tardive : XIVème) :

undefined

Pour une fine et belle chemise on recherchait un tissu le plus blanc et le plus fin possible... la soie était donc aussi appréciée. Les voiles féminins, qui sont des parures alors, sont aussi le plus souvent blancs, mais d'autres couleurs sont possibles. J'utilise la mousseline de soie fine et légère et aussi la toile à beurre pour son tomber souple.

2-donateurs-marchand-fourrures-2.jpgPour les vêtements de dessus on utilisait les draps de laine, la laine se teint facilement, et l'on pouvait donc obtenir des draps de couleurs vives comme on en voit sur les étals de ces drapiers. Le bleu et le rouge sont particulièrement recherchés, obtenir ces teintes demande du savoir faire et des drapiers sont spécialisés dans la production de ces couleurs. On utilisait aussi beaucoup de teintures végétales simples à mettre en oeuvre avec des végétaux poussant autour de chez soi qui donnent des tons verts, bruns, jaunes... les couleurs automnales... ou alors de la laine de mouton de couleur... il y avait à l'époque des moutons de plein de couleurs différentes, nous sommes plus habitués aujourd'hui aux moutons blancs ! Il y avait des moutons noirs, bruns, roux, beige, gris... et même des "multicolores" qui, si on ne triait pas leur laine avant de la filer donnait de la laine chinée !  

Les vêtements de l'homme de bocksten donnent de bons exemple de draps de laine épais avec ces couleurs automnales.

Différentes armures étaient utilisées pour tisser : toile, mais aussi différents sergés.

La soie importée d'Asie était fort prisée, elle aussi pouvait être de couleurs vives, et tissée avec plusieurs couleurs : brochés avec des animaux, des personnages, ou des fils métalliques d'or ou d'argent. Ces brocards sont difficiles à trouver aujourd'hui, et destinés à l'époque plutôt à des élites, mais la soie est une bonne alternative au drap de laine. Elle existait alors sous toutes les formes que nous connaissons aujourd'hui : taffetas, satin, mais aussi soie sauvage que l'on peut trouver à des prix abordables. La soie convient bien aussi pour des doublures de couleur vive.   

voici une bourse en soie brochée avec des lions : bourse-en-soie-boch--e.jpg

un autre brocard avec des oiseaux qui se trouve au musée des termes de Cluny à Paris:

brocard-de-soie-XII-cluny.jpg

un brocard du XIIème avec des fils métaliques qui est dans un musée new-yorkais: 

brocard-de-soie-XII-New-York.jpg

et une bourse en soie rouge vif du XIIIème siècle conservée au Musée d'art religieux et d'art mosan à Liège :

bourse-reliquaire-soie-rouge.jpg 

L'autre bourse est en peau chamoisée. 

Le plus souvent donc ces étoffes sont unies, on voit dans les mains du drapiers à la côte bicolore (rouge et verte) une pièce de drap à rayures, mais les représentations et les pièces archéologiques montrent plus souvent pour ces époques des tissus unis. 

Le marchand devant le coffre tient entre les mains de la fourrure... c'est devenu difficile aujourd'hui de se faire un peliçon ou une cape fourrée... à moins d'utiliser de la fourrure synthétique, mais ce n'est vraiment pas aussi joli !



Pour faire un costume complet il faut compter :
- un métrage de lin ou de coton ou de métis blanc ou écru
les chutes après couture sont utilisées pour doubler bourses, sacs...
- un métrage de laine ou de soie plutôt fine pour un vêtement de dessus de couleur vive
- un métrage de laine plus épaisse pour un mantel ou un gardecorps d'une autre couleur vive contrastante

Les accessoires (chaperon, chausses pour femmes...) peuvent être taillés dans des vêtements récupérés de chez vous... mais aussi par exemple chez Guérisold, près de la station de métro Barbès à Paris. Ils vendent aussi des draps ou des nappes en lin/coton qui peuvent permettre de tailler une chemise. Il y a moyen de récupérer des draps, et même parfois des chemises de grand-mère toutes faites qui conviennent bien sur les brocantes, aux puces, chez Emaüs... parfois aussi des couvertures dans lesquelles tailler un mantel.

Sinon je vous recommande quelques magasins :
- Bouchara près de l'Opéra et des grands magasins ils ont beaucoup de choix de tissus variés, et plein de matériel pour la couture
- les super-marchés de tissus comme TOTO, celui de Lille est génial, je trouve beaucoup de pure laine et de soie trés abordable (moins de 10 euros le mètre)
- Le marché Saint-Pierre, mais il faut tomber sur ce qu'on cherche... 
- Près de Mettet, en Belgique, il y a une jardinerie, à 2 pas du circuit, où l'on trouve de la laine superbe, trés adaptée, avec des couleurs pétantes : bleu, rouge...

Ce qu'il faut éviter :
- le noir et les couleurs sombres : difficiles à obtenir, donc trés rares
- le velours : encore rare et donc réservé à une élite (il se répend à partir environ du XIVème siècle)
- le synthétique : pas chaud, fait transpirer, pas beau, et souvent aussi cher que du "vrai"
- les tissus en "jersey" : pas encore apparu non plus (XIX ou XXème ???)
- les tissus imprimés : trop rares

Des trucs auxquels on penserait pas mais qui vont trés bien :
- le jean : couleur indigo prisée, tissage en sergé prisé aussi... un jean droit ni délavé ni couturé fait des super braies !!!
- le pilou-pilou : grosse toile de coton peignée, elle ressemble fort aux résultats obtenus alors avec les draps de laine : fins souples et peignés en surface... en plus le coton se teint trés bien je trouve du pilou-pilou pour 6,50 le mètre...   

Si vous tombez dessus vous avez de la chance :
- de la laine tissée selon des armures sergées : diagonales, chevrons, diamants... trés typiques du Moyen Age
- du brocard de soie en seconde main : sac indiens fait de saris récupérés par exemple

Vous voulez en savoir plus sur les tissus :
http://lesfilsdutemps.free.fr/lesfibre.htm
je vais chercher d'autres liens...

Partager cette page

Repost 0
Published by