Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de leonide
  • : Un blog concernant mon activité de reconstitution : le costume médiéval, l'artisanat textile et le parentage au moyen-age
  • Contact

Archives

/ / /
(En construction)

bliaud-06.jpgLe bliaut est un vêtement plus particulier du XIIème siècle... entre la simplicité du costume normand et saxon du XIème, puis à nouveau un retour à des vêtements plus simple au XIIIème, en particulier sous le règne de Saint Louis, il y a une vague de "robes" tant féminines que masculines, aux coupes extravagantes et richement décorées... les bliauts. Certains ressemblent aux "robes elfiques" qui sont dans l'imaginaire de beaucoup de femme la robe de princesse par excellence... 

La plupart des robes d'Eowyn dans le seigneur des anneaux sont inspirées du bliaut... même si la fantasy et le rêve l'emportent sur l'historicité...

Eowynwhitedress2.jpg

IMG00034_5m.jpg lorsque l'on compare sa robe avec celle de la femme à droite (copie de l'Hortus Deliciarum d'Hildegarde Von Bigen) ou les deux femmes au dessus la ressemblance est frappante...

Ce bliaut blanc marque nos esprits parcequ'une image célèbre, l'adoubement trés romantique de Richard Coeur de Lion par Aliénor d'Aquitaine, en propose un : 

adoubement_richard.gif

On trouve d'ailleurs dans ce style de nombreuses robes de mariées "médiévales"... ah mais vous serez déçus, je ne compte pas me marier dans cette tenue, hi hi hi







eowyn-bliaut-vert.jpg Son bliaut vert est aussi magnifique...

Le bliaut s'inspirerait de la mode Byzantine... les premières croisades et les échanges avec l'Orient apportent dans l'actuelle France du Nord-Ouest des étoffes et vêtements, ou idées de vêtements, qui sont à la base du bliaut, il y a déjà à la fin du XIème des robes plus serrantes avec de longues manches, comme sur cette enluminure :

IRHT_100544-p.jpg 

On parle alors souvent du "bliaut normand", mais c'est au XIIème qu'il y aura la plus grande variété de ces robes.



Etude

Le bliaut est un vêtement tant pour les hommes que pour les femmes :

undefined

Il peut être long jusqu'au sol, ou parfois plus court, même pour les femmes, laissant apparaître la chemise en dessous, comme sur cette représetation de Ste Radegonde, ou sur l'enluminure qui montrait plus haut Marie sur son âne avec son bliaut rose et sa chemise verte...

IRHT_097897-p.jpg

bliaut-angers.JPG

la taille est plus marquée, sûrement par l'utilisation d'un laçage latéral, tel qu'on peut en voir un sur cette sculpture de la cathédrale d'Angers : 

la--age-lat--ral.JPG

et qu'on en devine sur les enluminures de l'Hortus Deliciarium, ou peut-être aussi dans le dos... mais là je n'ai pas de traces.

il y a une grande variété de cols, les manches sont étroites à leur naissance puis s'ouvrent de différentes manières laissant apparaître la manche plus serrée sur le bras de la chemise. 

citeaux-moralia-in-job-ms168-fol7.jpg

Les magnifiques enluminures des Moralia in Job de Citeaux montre de nombreux bliaut masculins...

Souvent les manches sont doublées, bordées de cette doublure, et le col est fait aussi dans cette teinte... j'obtiens cet effet en utilisant la technique de la parementure de col, mais en sortant la parementure et la fixant sur la face visible du vêtement au lieu de la rentrée à l'intérieur.

Le bliaut est orné de galons, d'orfrois, de broderies... mais les enluminures laissent penser que des simples bandes de tissu contrastant placées sur les manches, le col, la ceinture... étaient aussi utilisé pour décorer, un résultat qui n'est pas difficile à obtenir. 

Faire un bliaut à partir du patron de base et d'un peu d'empirisme n'est pas trés compliqué... 




Matériel :
- lainage pour le bliaut environ 4 à 5 m, plus pour un bliaut à jupette type bliaut de Chartres
- lin blanc ou mieux soie colorée pour la doublure des manches, la parementure du col, les décorations... 2 m peuvent suffir si on ne fait que doubler les manches, parer le col et utiliser les chutes pour décorer le vêtement
- fil à broder en coton perlé, c'est ce qui fait les plus beau cordons, pour faire les cordons de laçage latéraux et fermer les ourlets par des points de broderie.

Réalisation :

Première étape : choisir le bliaut


Décider d'un modèle à partir d'une statue ou d'une enluminure... 

Je vais m'intéresser ici au bliaut fait à partir du patron de base, godets, goussets... qui a schématiquement cette forme :

bliaut20construction20SM-medium.jpg



voici des une page d'explication intéressante d'ailleurs sur ce bliaut :

http://members.shaw.ca/evethejust/bliaut.html

Les statues du portail royal de la cathédrale de chartres datant de la fin du XIIème siècle offre une grande variété de modèles, le patron diffère légèrement du patron de base par la construction de la partie "jupe de la robe" qui est, semble t-il, une sorte de juppe plissée cousue sur le corps. 

Je vais parler maintenant du bliaut à godets/goussets et longues manches, je reviendrai plus tard sur le bliaut à jupette...

Seconde étape : réaliser le patron

Ensuite il faut faire un projet : forme des manches, corps, godets... pour pouvoir créer un patron sur un papier cadrillé et établir le placement sur la pièce de tissu. Il vaut mieux avoir fait cela avant d'acheter le tissu pour s'assurer de son métrage... je fais un bliaut dans 4 m de tissu, mais en même temps je ne fais que du 36 !
 
Troisième étape : le corps du bliaut

Je commence en général par le corps : découpe, assemblage... MAIS sans assembler les côtés, c'est là qu'il va y avoir une partie un peu empirique pour faire le laçage latéral... mais je termine par cette partie.

Quatrième étape : les manches du bliaut

différentes formes sont possibles

Cinquième étape : le laçage latéral

C'est là qu'intervient la partie empirique... une fois le bliaut presque terminé, sauf donc les coutures latérales, la personne qui va le porter le met, et le place le mieux possible : manches et col bien en place... il faut mettre en dessous un vêtement collant de l'épaisseur des vêtements qu'on a l'intention de porter en dessous, et porter un soutien-gorge au choix : celui qu'on mettra habituellement en dessous, ou un trés fin et bien soutenant si on veut ensuite pouvoir porte le bliaut sans soutif mais en ayant un bon maintien... si si ça marche, à condition de ne pas avoir trop de volume...

Le laçage va s'étendre de dessous la couture des manches jusqu'à la partie plus forte des hanches d'où partiront les godets latéraux donnant son ampleur au bliaut.

Bref la personne le met tout bien, puis une autre personne va l'aider à ajuster le bliaut sur elle à l'aide d'épingles, procéder un peut à droite, un peu à gauche... il faut tendre le tissu trés régulièrement et reprendre en tirant peu à peu à plusieurs reprises jusqu'à obtenir un résultat satisfaisant. Puis tracer à la craie ces lignes devant et derrière, de chaque côté, enlever les épingles et libérer le pauvre cobaye...

Les lignes tracées sont à réajuster, pour qu'elles soient un minimum symétriques, et régulière, puis argh... on découpe à environ 1,5 à 2 cm de ces lignes et on prie de ne pas s'être planté... et on rentre le tissu à l'intérieur on repasse le long de la ligne

Deux techniques sont possibles pour le laçage :

Des boutonnières rondes à la main

Une bande de laçage

(la suite et des photos à venir...)

Partager cette page

Repost 0
Published by